ARTIST : du repérage au shooting

Voyageons ensemble

Quand ils ne sont pas en salon, chez leurs fournisseurs, dans le studio de création, en réunion ou à potasser sur la vie d’ARTIST, obsédés par leur volonté de bien faire, de faire mieux, de faire plus encore pour vous…

Eh bien, ils prennent la route ! Ils partent en reconnaissance !

Le repérage photo d’un lieu va conditionner l’organisation de la production visuelle et la qualité de la photographie de toute la session à vous présenter.

En matière de shooting photo, le cadre fait toute la différence. Le site idéal garantit la réussite des clichés. Toutefois, il peut être compliqué de trouver l’endroit parfait. 

Comment font-ils pour trouver les bonnes adresses ?

PARTIR EN REPÉRAGE

Si dans le cinéma, un professionnel est chargé de cette recherche, le binôme ARTIST réalise son repérage seul. Pour s’avérer efficace, l’exploration doit être finement cernée, appréhendée avec concision. Le type de spot, son orientation, sa luminosité sont autant d’informations préalablement réfléchies qui seront très utiles à cette étape.

Collection Été ou Hiver ? Intérieur ou Extérieur ? On se situe 3 à 4 mois avant la livraison. Il est impératif de tenir compte du décalage, d’avoir aussi une solution de repli. On ne maîtrise pas la météo, la lumière, les aléas. Il faut être aptes aux imprévus.

Où ? Quelle ambiance ? Quel décor ? 

La qualité et l'originalité d'un lieu de tournage serviront d 'écrin aux prises de vues. Brigitte et François ne ménagent pas leurs efforts pour trouver de nouveaux décors. Le désir d’ailleurs, d’autre chose ou d’autrement est évidemment un pilier fondateur de leur créativité. Prolongement, suite logique de la collection, dénicher des endroits avec un fort potentiel, c’est l’une des multiples facettes de la direction artistique telle qu’ils la conçoivent.

Phase PRÉPRODUCTION

Faire des recherches, dresser une liste, une base de données, définir leur objectif. Ils gèrent toutes les étapes. En fonction du thème, des formes, des couleurs, ils vont donc choisir de sillonner les routes de pleine nature. Au contraire, arpenter les rues d’une zone urbaine. La seule façon d’y parvenir est donc de visiter l’endroit prévu et trouver un mur tagué ou une petite ruelle pour une séance atypique. À ce stade, c’est la première séance des photos préparatoires in situ.

Le second déplacement s’effectue avec le photographe attitré de la marque ARTIST : Jean-Luc Petit . Très pro., ils anticipent ensemble les plans,  les contraintes… Ils simulent les futures poses des mannequins… Jean-Luc apporte son regard avisé, ses suggestions. C’est une séance riche d’apports mutuels.  ARTIST explique ses attentes de photos très cadrées, de silhouettes horizontales, verticales. Ils envisagent le prochain carrousel pour les pages d’accueil du site qui immédiatement révèlera l’ambiance générale, accrochera, captivera. Brigitte et François énoncent la composition souhaitée, la structure, l’équilibre vers lesquels ils tendent. Le photographe s’adapte pour donner la justesse de la photo. 

Indépendamment du site, il est effectivement important de prendre en compte l’exposition, les obstacles, les disponibilités… afin d’optimiser la journée de prise de vues, la vraie, celle qu’il ne faut pas louper !

Lire l'article sur notre photographe:  « Dans le viseur du photographe Jean-Luc Petit ».

Le jour J

Après ces repérages, tout est minutieusement préparé, millimétré. Les planches de travail sont prêtes. Toutes les poses sont prévues à 100 %. Les attitudes, les silhouettes habillées, les accessoires, les meubles si besoin, les chaussures, les sacs, les bijoux ou autres … les chapeaux. 

Filage ok, chronométrage au point. On laisse une marge de manœuvre infime à l’improvisation. Mais au cas où, on saura réagir. 

Pas le choix, une seule date et il faut performer ! Tout est désormais bouclé, signé : les autorisations suivant l’endroit, la logistique, les contrats. Ce jour-là, on engage une équipe au complet avec évidemment maquilleur, coiffeur pour parfaire les silhouettes.

Lire l'article sur notre maquilleur:  « Conversation sans fard avec Fred Bouffet, maquilleur studio professionnel ».

En forêt, dans un beau champ, dans un pré vert ou fleuri, au pied d’une tour, au détour d’une fontaine, sous une verrière, dans une bibliothèque contemporaine, tout est fait pour traduire l’atmosphère, l’univers ARTIST du moment.

Le programme sera suivi avec la meilleure volonté du monde, mais pas forcément respecté parce qu’il y a toujours des surprises. Des bonnes et des moins bonnes. Pas grave, ARTIST s’amuse de tout. 

C’est en général une longue journée très intense, un déroulé d’enchaînements sans répit qui laisse tout le monde exténué mais dans la joie et la bonne humeur.

Étape POSTPRODUCTION

Non, ce n’est pas encore terminé ! On s’attaque à la finalisation de la production du visuel, à l’intégration des clichés.

Au retour, environ 3 à 5000 photos à trier en 48 h chrono ! Seules 120 sont retenues. Au fur et à mesure, les retouches colorimétriques nécessaires sont réalisées. En une semaine maximum tout doit être achevé.  Il s’en suit la publication sur le site ARTIST-lamarque pour la présentation tant attendue des coproductrices – dont vous bien sûr ! - et le lancement des précommandes.

Un vêtement ARTIST c’est un petit bijou, la photo lui sert de coffret précieux. Il y a l’art de l’inventer, et l’art de le mettre en situation. Pour créer ce coup de cœur, une équipe fidèle et rodée se donne à fond. Et ça matche !

Ils se souviennent encore d’une séance mémorable dans le Morvan en plein hiver, battus par le vent, la neige, la pluie, le froid. La météo exécrable aurait dû gagner, les faire reculer, annuler même. Mais non, pas du tout. Les résultats étaient magnifiques.

Aux Cinque Terre, il y a quelques années, personne n’a oublié : une chaleur écrasante, une géographie en terrasses. Grimper, serpenter dans les chemins sinueux, porter à bout de bras,  tirer les portants y compris dans les petits trains qui relient les cinq merveilleux villages accrochés à la falaise.

La tâche devient de plus en plus exigeante, mais en dépit de toutes ces embûches, l’équipe aime ces aventures.

Un jour quelqu’un disait à François Gadrey : « … En fait, vous êtes un metteur en scène… ». 

De fait, aussi instinctif que professionnel, doté d’un œil expert, le directeur artistique orchestre comme sur un plateau.

Publié par Viviane VGM, Rédactrice du Magazine Artist La marque.

Laisser un commentaire

Inscrivez vous à notre newsletter pour recevoir un rappel le jour de l'ouverture !

Vous êtes dejà 24 000 à nous suivre 🙏

Des mails simplement quand c'est nécessaire!

Trustpilot