L’histoire de l’imprimé

Chez ARTIST, le motif exclusif n’en finit pas de nous surprendre par son style marqué et sa vitalité chromatique. Il ne saurait en être autrement pour traduire un sens aigu de l’art transposé en galerie vestimentaire.

Reproduction ou interprétation d’une œuvre d’art, l’impression figure au cœur des collections que l’on aime tant porter. L’une des grandes forces incontestées de la marque, il faut bien le reconnaître, c’est cette proposition sans cesse renouvelée de dessins jamais vus. Incomparables, inclassables, toutes ces illustrations sont autant d’éléments décoratifs rares sur des tissus époustouflants.

Tantôt répétée sur la totalité du vêtement (en all-over), tantôt semi-placée en base ou en frise, quelques fois placée seule au bon endroit, cette illustration crée un rythme visuel distinctif, un ensemble proportionné et harmonieux.

Cette technique qu’ils maîtrisent avec ingéniosité a fait bien du chemin pour arriver sur leur table de travail et toucher leur âme artistique. Quelle est l’histoire de ce savoir-faire présent dans les cultures de presque tous les pays du monde ? Pour vous, Brigitte et François ont voulu remonter le temps et faire le récit de ce fabuleux parcours.


Dès l’Antiquité, les anciennes civilisations ont éprouvé très tôt l’envie de colorer, personnaliser et embellir leurs matières.

Les premiers imprimés sont apparus dès le IIe millénaire av. J.-C, en Inde et en Mésopotamie (l’actuel Irak).

Au VIIe siècle, le Japon maîtrisait l’art de l’impression au pochoir… ignorant qu’il s’agissait de l’ancêtre de la sérigraphie.

Au XIIe et au XIIIe s., le batik, originaire de Java (Indonésie) consiste à masquer avec de la cire les parties non teintes du tissu.


La méthode « à la planche » utilise comme un tampon, un bois dur gravé en relief, enduit d’un colorant épais. La Chine imprimait déjà de cette manière deux siècles avant notre ère, posant les bases de l’impression à la planche sur la soie. Déjà bien connue en Orient au Moyen-Âge, elle continue à se développer en Inde, en Chine et dans la vallée du Rhin entre le Xe et le XIVe siècle, et reste prédominante jusqu’au XVIIIe siècle. Mais à la fin du XVIe s., ce sont les Portugais qui les premiers ont rapporté en Europe les fameuses « indiennes » cotonnades peintes et imprimées.

Véritable déclic en Occident à la suite de quoi le premier atelier d’impression français se crée en 1648 à Marseille. Le procédé a perduré jusqu’au milieu du XXe siècle. Certains ateliers encore en possession d’anciens blocs de bois les utilisent toujours pour des séries exceptionnelles.

Vers 1760 apparaît une toile de coton d’un nouveau genre, ornée de motifs en camaïeu, toujours imprimés à la planche de bois. Cette indienne « made in France », créée par la manufacture Oberkampf de Jouy-en-Josas, prend le nom de son site de production le plus célèbre. Loin d’être définitivement tombée en désuétude, la toile de Jouy revient régulièrement dans les tendances mode et déco.

En Europe, il a fallu attendre l’époque moderne pour que les artisans se lancent à leur tour dans la fabrication de textiles imprimés. La révolution industrielle du XIXe a ensuite permis à de nouvelles techniques d’impression d’émerger (impression au rouleau, au cadre plat…). L’impression textile bénéficie des progrès réalisés en chimie qui font évoluer la palette de couleurs,  grâce aux premiers colorants synthétiques développés, suite à la découverte de la mauvéine.

Lyon est connue pour avoir été le berceau de l’impression au cadre plat dérivée du pochoir au milieu du XIXe siècle. En France et aux USA, elle s’impose jusqu’au début des années 1960.

En 1962, ce principe est transposé à un cylindre micro perforé. Aujourd’hui, l’impression au cadre rotatif est encore la technique dominante dans l’industrie textile pour les grandes séries.

Autre innovation des années 1960 : la sublimation ou impression transfert. L’image à reproduire est imprimée sur un support en papier, puis appliquée sur le textile et thermofixée.

À partir de 1975, l’informatique ouvre de nouvelles voies à l’industrie : l’ère de l’impression numérique. On reproduit toutes sortes d’images par quadrichromie, avec un nombre de couleurs illimité. Réservée au départ aux produits épais (tapis, etc.), elle est utilisée depuis la fin des années 1990 pour imprimer de petites séries dans l’habillement ou l’ameublement, ainsi que pour de l’échantillonnage ou de la personnalisation.

À l’heure des bilans écologiques, cette dernière apparait comme la solution la moins exigeante en ressources et la moins polluante…

Retrouvez l’article du magazine du 5 mars 2021 consacré à l’impression numérique.


 



Publié par Viviane VGM, Rédactrice du Magazine Artist La marque.

Laisser un commentaire

Inscrivez vous à notre newsletter pour recevoir un rappel le jour de l'ouverture !

Vous êtes dejà 24 000 à nous suivre 🙏

Des mails simplement quand c'est nécessaire!

Trustpilot